Al-Anon/Alateen Le lien2019-01-31T13:24:00-04:00
  • Le Lien

C’est vraiment un mal familial !

Il n’est pas facile de traiter avec un buveur en phase active, surtout quand ce buveur dans ma vie est mon frère. Quand je lui rends visite, je souffre de voir comment son problème d’alcool l’affecte. J’essaie toujours

Même face à la colère…

Lorsque le président a annoncé que le thème de la réunion Al‑Anon du samedi matin était le contrôle, je me suis assise sur ma chaise et je me suis dit que je n’avais pas besoin de partager ou

Je suis enfin sortie du déni

En travaillant sur le programme Al‑Anon, le plus difficile pour moi c’est de faire continuellement l’effort d’être honnête. Mon mari était alcoolique et il est décédé depuis de nombreuses années. Cependant, j’ai encore du mal à être honnête

Une paix intérieure retrouvée

En tant qu’épouse d’un alcoolique en phase active, j’ai été réveillée la nuit des centaines de fois par des bris de verre, des cris venant de l’autre pièce ou des intrusions dans la chambre à coucher où j’essayais

Je ne me sens plus brisée

Pendant les années qui ont précédé mon arrivée à Al-Anon, je me suis sentie persécutée, d’abord par ma propre pensée infecte, et ensuite par les insultes verbales de mon mari alcoolique. La violence a duré dix-huit ans. Nous

Je m’éveille à ma propre vie

J’ai toujours eu le sentiment d’être une personne aimante, mais je vivais souvent ma vie en y réagissant, plutôt qu’en y répondant. Je me demandais pourquoi je ne pouvais pas changer l’alcoolique, alors j’ai essayé un peu plus

L’éléphant dans le salon

Il y a plusieurs années de cela, une amie nous a accompagnés, mon conjoint et moi, pour aller souper. Alors que nous nous dirigions vers la voiture après avoir mangé, elle m’a demandé : « Dis-moi, il boit

J’ai appris que je ne suis pas seule

C’est à ma première réunion Al‑Anon que j’ai appris combien l’alcoolisme m’avait affectée, en dépit du fait que je ne buvais pas. J’étais aussi malade que mon petit ami alcoolique – peut‑être plus encore. J’étais complètement obsédée. J’étais