La consommation d’alcool était un horrible secret

Lorsqu’un diagnostic a confirmé que mon père était un alcoolique, il est allé dans un centre de traitement et nous, les membres de sa famille (ma mère, ma sœur et moi), avons reçu l’invitation d’essayer des réunions Al-Anon locales.

Quand nous avons franchi le seuil de la salle de notre première réunion Al-Anon, je me suis assise, j’ai écouté les Douze Étapes et un sentiment de paix et de calme m’a envahie. J’ai aussitôt compris que ces réunions et ce programme étaient ce dont j’avais besoin. Je suis allée à autant de réunions que j’ai pu – même si je suis restée silencieuse pendant plusieurs semaines.

Je ressentais tant d’émotion que j’en pleurais, je tremblais et j’avais des troubles d’estomac. Je n’avais jamais entendu qui que ce soit parler de l’alcoolisme au foyer ou des sentiments qu’ils éprouvaient. Quand j’étais enfant, j’ai toujours pensé que la consommation d’alcool était un horrible secret que je devais garder. À cette époque-là, ce qui se passait chez moi créait en moi un sentiment de peur, de confusion et d’embarras.

Ce fut un véritable soulagement de pouvoir – grâce à Al-Anon – reconnaître ces sentiments pour ce qu’ils étaient vraiment et les surmonter en entendant d’autres personnes qui vivaient des situations semblables partager si ouvertement. Je sais que je continuerai à aller à Al-Anon jusqu’à la fin de mes jours!

Par Tammie McL., Michigan
Al-Anon face à l’alcoolisme 2019

2018-10-04T11:53:20+00:00septembre 27, 2018|Categories: Adolescents (Alateen), FAFA, Mon père/ma mère alcoolique|

Faire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.