Je ne me sens plus brisée

Pendant les années qui ont précédé mon arrivée à Al-Anon, je me suis sentie persécutée, d’abord par ma propre pensée infecte, et ensuite par les insultes verbales de mon mari alcoolique. La violence a duré dix-huit ans. Nous nous sommes rencontrés à l’école secondaire et, au début, nous étions meilleurs amis. Nous sommes allés à l’université et avons fait la fête ensemble, mais des années plus tard, après la naissance de notre fils, l’effet de la maladie s’est manifesté dans toutes les décisions et les discussions que nous avions. J’avais l’impression de vivre dans un établissement psychiatrique, et je devenais émotionnellement et mentalement liée à l’insanité de cette maladie.

Je suis arrivée à Al-Anon treize ans plus tard – brisée mentalement, émotionnellement et physiquement. J’avais un emploi responsable, mais ma vie personnelle était un désastre. Je ne voulais pas la sérénité parce que je pensais que c’était ennuyeux. Je ne savais pas qui j’étais, ce dont j’avais besoin ou ce que je voulais dans la vie.

Lors de ma première réunion, j’ai entendu une histoire plus désastreuse que la mienne, et j’ai été attirée par les paroles spirituelles de la Prière de Sérénité et des Douze Étapes. Je me sentais acceptée.

« Prenez ce qui vous plaît et laissez le reste. » Pour la première fois, j’ai senti qu’en tant que personne, ce que je faisais et qui j’étais était suffisant. Je n’avais pas l’impression d’être jugée ou de devoir m’intégrer, et cela m’a donné la volonté de continuer à persister dans Al-Anon.

Par Judy T., Oregon
The Forum, juillet 2018

2018-10-08T08:59:19+00:00octobre 15, 2018|Categories: Le lien, Mon conjoint/ma conjointe alcoolique|

Faire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.