Dans Alateen et Al-Anon, nous apprenons que nous n’avons pas causé la maladie de l’alcoolisme; que nous ne pouvons pas la contrôler et que nous n’en connaissons pas la cure. Nous ne pouvons rien faire directement pour obliger une personne alcoolique à boire. La persuasion, les réprimandes, les silences amers et les larmes mettent l’alcoolique sur la défensive et augmentent parfois son sentiment de culpabilité, ce qui peut entraîner pour nous un surcroît d’ennuis

2017-07-27T17:22:40+00:00 juin 21, 2017|0 Comments

Faire un commentaire