L’alcoolisme est une maladie de l’isolement. Parce que beaucoup d’alcooliques s’enivrent en présence des autres, l’illusion persiste que leur consommation d’alcool est simplement sociale. Par conséquent, les alcooliques, leurs familles et leurs amis nient et minimisent les troubles de la pensée, les sentiments et les comportements de l’alcoolique qui sont le résultat direct de la consommation d’alcool. La rupture des relations qui résulte de l’intoxication affecte à la fois l’alcoolique et toute personne qui est attachée à l’être cher alcoolique, et ils souffrent tous des conséquences de cette maladie familiale.

Prétendre que cette perturbation peut être réparée, gérée, ou contrôlée par le membre de la famille ou l’ami de l’alcoolique mène à des modèles chroniques, progressifs et récurrents de croyances, de sentiments et de comportements irrationnels de la part des membres de la famille et des amis. Ces tendances constituent la maladie familiale de l’alcoolisme, qui peut se manifester dans le cabinet d’un psychiatre sous forme d’anxiété, de dépression ou même de psychose. Ils peuvent également apparaître dans le cabinet d’un médecin comme de la fatigue, des douleurs chroniques, des troubles gastro-intestinaux ou une foule d’autres problèmes physiques. À moins que le médecin ou le patient ne soit au courant de la présence d’alcoolisme chez un membre de la famille ou un ami, le diagnostic et le traitement d’un trouble mental ou physique peuvent laisser la maladie familiale sous-jacente de l’alcoolisme sans traitement.

Certains membres de la famille et amis d’alcooliques ne prennent conscience de l’alcoolisme que lorsque l’alcoolique se rétablit en suivant un traitement et/ou en allant chez les Alcooliques Anonymes (AA). Si nous considérons les AA comme le traitement pharmacologique de la maladie chronique de l’alcoolisme, nous pouvons comprendre qu’une participation continue aux AA peut être essentielle pour que l’alcoolique conserve sa sobriété. De plus, si nous acceptons que l’alcoolisme est une maladie qui affecte l’ensemble de la famille, alors espérer que la participation de l’alcoolique aux AA sera suffisante pour la famille ou l’ami ne semble pas raisonnable. Par conséquent, les membres de la famille ne sont pas traités et continuent de souffrir de leur propre maladie.

Inversement, certains membres de la famille et amis d’alcooliques se rendent à Al-Anon pendant que l’être cher boit activement. La participation à Al-Anon – prendre une dose régulière de la « pénicilline » pour la maladie familiale de l’alcoolisme – ne traitera pas l’alcoolique en phase active. Parmi les nombreuses caractéristiques miraculeuses de cette pénicilline, il y a le fait qu’à mesure que les membres de la famille et les amis apprennent de nouvelles croyances, de nouveaux sentiments et de nouveaux comportements, l’environnement de l’alcool change, passant d’un environnement qui favorise la consommation avec contrôle, jugement et ressentiment à un environnement qui offre une opportunité pour un véritable amour et acceptation.

Les membres de la famille et les amis commencent à reconnaître qu’ils n’ont pas causé et ne peuvent pas contrôler ou guérir leurs proches alcooliques, mais qu’ils ont des choix. Ils commencent aussi à ressentir de la gratitude et de la joie alors que les autres membres partagent librement leurs sentiments de peur, de honte, de solitude, de peine et de colère. Ils deviennent aussi capables d’établir des limites qui sont compatibles avec le fait de se détacher avec amour de l’alcoolique.

Depuis l’introduction de cette « pénicilline » en 1951, de nombreuses formes différentes de ce médicament ont été développées. Bien que toutes les réunions Al-Anon partagent une structure de base utilisant les mêmes Douze Étapes et Douze Traditions, chaque réunion est libre d’adapter son format selon sa taille, sa structure, son calendrier et d’autres détails visant à répondre aux besoins de ses membres. La plupart des membres suggèrent aux nouveaux arrivants d’assister à un minimum de six à huit réunions avant de décider si Al-Anon est pour eux.

Par Jeffrey Roth, M.D., FASM, psychiatre, Chicago, Illinois

Al-Anon face à l’alcoolisme 2020