Mon épouse buvait, mais était-elle vraiment alcoolique?

Je ne savais pas si Al-Anon était pour moi ou non. Je ne savais pas si les habitudes de consommation d’alcool de mon épouse étaient vraiment de l’alcoolisme. Il se trouve que cela n’avait aucune importance. Al-Anon m’a appris à être responsable de ma propre vie et de mes propres sentiments, pas des siens.

Le soutien que j’ai trouvé dès que je suis entré dans une salle de réunion était incroyable. J’ai entendu des tas d’histoires d’espoir de personnes qui étaient dans des situations semblables à la mienne, voire pires.

Je craignais qu’on ne me dise ce que je devais faire, mais les membres m’ont mis à l’aise en me disant : « Prenez ce qui vous plaît et laissez le reste. » Mon instinct me disait que je pouvais faire confiance aux membres quand ils me disaient que j’étais au bon endroit.

J’ai décidé que je voulais assister à autant de réunions que possible afin d’en apprendre autant que possible sur le rétablissement des conséquences de la consommation d’alcool d’une autre personne. Je n’étais plus seul dans ma souffrance; j’avais l’impression d’entrer dans une salle remplie de vieux amis qui me comprenaient et se souciaient vraiment de moi.

Rob A., Minnesota

Faire un commentaire