Je pensais trouver une solution rapide — au lieu de cela, j’ai découvert un mode de vie

En regardant en arrière, lorsque j’ai franchi les portes d’Al‑Anon, j’avais prévu de rester juste assez de temps pour découvrir comment obtenir le miracle de la sobriété chez moi… Je suis toujours là!

Spirituellement, émotionnellement et physiquement, j’étais une épave! Je n’avais plus espoir en qui ou quoi que ce soit. Une amie m’a emmenée à Al‑Anon, mais j’étais convaincue que c’était sans espoir.

Après ma première réunion, j’étais encore très en colère. Comment tous ces gens pouvaient-ils être heureux et souriants? Leur foyer ne pouvait pas être en pire état que le mien. Heureusement, je voulais moi aussi rire et sourire. Une membre, qui est plus tard devenue ma Marraine s’est intéressée à moi en tant que nouvelle venue et j’ai continué d’aller à la réunion.

Les slogans et tous ces outils m’ennuyaient; aussi, je ne parlais jamais durant les réunions. Je ne pensais pas avoir besoin de la Première Étape car il n’y avait aucun doute que je contrôlais la situation. Je n’avais pas besoin de la Deuxième Étape parce que j’étais sûre de n’avoir rien fait de mal, mais j’ai néanmoins persévéré dans Al‑Anon.

Un soir, je suis allée avec un groupe de femmes à l’anniversaire d’un autre groupe. Il y avait deux conférenciers, un pour Al‑Anon et un pour AA. Ce soir-là, ma Puissance Supérieure m’a émue. Tout ce que j’ai entendu là-bas et tout ce qui avait été partagé dans les réunions devenait enfin clair. J’ai fini par comprendre ce qu’était l’impuissance, et j’ai lâché prise.

J’ai commencé à prendre soin de moi et j’ai donné à l’alcoolique le choix d’obtenir de l’aide ou de s’en aller.

J’ai travaillé sur le programme quotidiennement – en particulier sur les Étapes et les Traditions. Tout est devenu plus facile. Cinq ans plus tard, nous avons été témoin du miracle de la sobriété dans notre foyer et aujourd’hui, nous mettons tous deux nos programmes en pratique. Toutefois, le véritable miracle, c’est que j’avais découvert qui je suis vraiment. Dans Al‑Anon, j’ai appris à changer mon mode vie et à vivre pleinement.

Par Bertie P., Floride

Faire un commentaire