Je croyais que mes problèmes familiaux étaient un cas isolé

Avant d’aller à ma première réunion Al-Anon, je croyais que l’abus d’alcool et de drogues de mon fils adolescent était un cas isolé. J’ai essayé de cacher le problème aux autres parents et aux enseignants. Je me suis isolé, j’ai enfoui mes émotions et j’ai eu recours à la violence verbale. J’avais honte et j’avais peur. Les actions de mon fils dominaient notre vie familiale; alors, je me suis dit : « Si seulement je pouvais être plus rusé que lui, si je pouvais mener la cadence et surveiller son comportement plus intensément… je pourrais le changer. »

À la fin, aucune de mes actions à la maison n’a contribué au changement du comportement de mon fils. Le fait de jouer les martyres ne faisait rien d’autre que de me heurter moi. L’« anxiété anticipatoire » que je ressentais dans tous les domaines de ma vie n’avait d’autre fin que de me rendre malade.

C’est grâce au « cadeau » du désespoir que j’ai assisté à ma première réunion Al-Anon. Ma vie était un tel « secret » que j’avais même songé à utiliser un faux prénom à l’ouverture de cette première réunion. J’ai appris que je pouvais partager certaines facettes de moi-même d’une manière confidentielle, sans crainte d’être jugé et de devoir recevoir de conseils – chose que je ne voulais pas. Je suis humain – et donc je ne suis pas parfait – et, comme tout le monde, je traverse des moments heureux et tristes. Je ne peux pas régler le monde, mais je peux m’y retrouver.

David, Rhode Island

2017-07-27T13:50:44+00:00 juin 15, 2016|Categories: Mon enfant alcoolique|0 Comments

Faire un commentaire