J’ai appris que je n’étais pas responsable de la consommation d’alcool de mon conjoint

Je suis allée à ma première réunion avec beaucoup de crainte et d’appréhension. Certaines de mes craintes étaient les suivantes : « Qui allai-je voir là-bas? » et « Et si c’était quelqu’un que je connaissais? » Quand j’étais enfant, mon père était l’ivrogne du quartier et cela me faisait terriblement honte. Si une personne de ma ville natale assistait à la réunion, elle saurait immédiatement que j’avais épousé un alcoolique. J’avais honte du fait que mon mari fût un alcoolique et je me sentais responsable de son alcoolisme.

Ce que je n’avais pas réalisé à l’époque, c’était que ceux et celles qui assistaient à la réunion étaient tous là pour la même raison : leur vie était affectée par la consommation d’alcool d’une autre personne. Je n’étais pas au courant du principe de protection de l’anonymat dans Al-Anon : nous ne parlons pas de qui nous voyons aux réunions; nous ne divulguons pas ce que nous y entendons; et ce fut pour moi un grand soulagement.

Apprendre que je n’étais pas responsable de la consommation d’alcool de mon époux fut également un grand soulagement. Après cette première réunion, j’ai eu envie d’en entendre davantage et Al-Anon est devenu ma bouée de sauvetage.

Chris W., Alberta

Faire un commentaire