Aujourd’hui, j’aime mon fils et je n’éprouve aucun ressentiment envers lui

Peu de temps après le dix-huitième anniversaire de mon fils, il a annoncé qu’il déménageait. Par son expression, je savais qu’il fallait que j’évite de contester sa décision. Cela s’est passé il y a 28 ans, et à l’exception de trois ou quatre moments très brefs, il a refusé de faire partie de ma vie. Pendant ses courtes visites, il faisait des ravages et comme ça, il disparaissait à nouveau. À l’époque, je n’avais pas Al‑Anon et je me suis retrouvée plongée dans le doute, la peur et la honte. C’était l’agonie! En tant que mères, nous avons tendance à nous attacher et c’est dans Al‑Anon que j’ai trouvé le courage, la force et la sagesse de me détacher du comportement inacceptable de mon fils.

C’est un miracle qui m’a menée vers Al-Anon où, très progressivement, j’ai commencé à mettre le programme en pratique avec une Marraine. Plus j’apprenais, plus je voulais apprendre, et plus je persévérais. En conséquence, j’ai reçu des directives pour mener une vie équilibrée et une « boîte à outils » pleine à craquer, remplie de tous les outils dont je pouvais avoir besoin pour me tenir à l’écart des problèmes et qui pouvaient m’aider à trouver les solutions à n’importe quel problème.

Il y a deux semaines de cela, après sept ans, mon fils m’a contactée par courriel. Son ton était plutôt froid, ses paroles me laissaient entendre qu’il voulait que nous ayons une bonne relation. Optimiste, mais prudente, je lui ai simplement répondu que j’étais d’accord avec lui. Cependant, son troisième courriel a révélé ses véritables intentions et en conséquence directe de ma mise en pratique des Étapes, j’ai été capable d’accepter la vérité. J’étais heureuse d’apprendre qu’il était en bonne santé et je me réjouissais de rétablir une bonne relation, mais après avoir reçu ce courriel criblé de présomptions et de conditions, je ne voyais vraiment pas comment cela serait possible.

Aujourd’hui, grâce aux principes Al-Anon, je suis capable de l’aimer tel qu’il est, sans ressentiment. Al-Anon m’a aussi donné la clarté de reconnaître les risques pour mon bien-être. Aujourd’hui, avec l’aide de ma Puissance Supérieure, je suis prête à faire ce que je dois.

Eh bien voilà! En faisant confiance à ma Puissance Supérieure et sachant que l’avenir nous réserve toujours des surprises, quelques jours plus tard, j’ai reçu une réponse qui a été beaucoup plus chaleureuse et incluait même une excuse. Ceci est une première, et un véritable miracle!

Par Rosemary B., Arizona

The Forum, août 2016

 

 

 

 

 

 

 

2017-07-27T13:35:39+00:00 août 27, 2016|Categories: Mon enfant alcoolique|0 Comments

Faire un commentaire